Communiqués

Communiqués

Réduction des urgences à Feurs

Réduction des urgences à Feurs

J’ai appris avec consternation que la Commission spécialisée pour l’organisation des soins (CSOS) venait de donner un avis positif, sur injonction de l’Agence régionale de santé, de fermer l’accueil des urgences de minuit à 8 heures sur le site de Feurs.

Cela fait des années que je m’oppose, en tant que citoyenne et en tant qu’élue au dé- mantèlement annoncé de notre hôpital de proximité. Je rappelle notamment que :

  • Bénéficiant d’un indice de satisfaction des patients fort élevé, l’hôpital de Feurs est résolument tourné vers les Monts du Lyonnais et ne concerne pas la même clientèle que celui de Montbrison.
  • L’accès aux soins de proximité répond au principe d’égalité des chances pour tous.
    Un hôpital de proximité permet d’éviter la « rupture sociale » et la coupure du malade avec son environnement familier.
  • Les coûts logistiques et médicaux d’une structure hospitalière de proximité sont moindres que dans un établissement plus important. L’hôpital de Feurs est même l’un des moins coûteux de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il y a de la place, dans notre territoire forézien, pour deux hôpitaux garantissant un accès aux soins et notamment en cas d’urgence 24H/24. Déshabiller Feurs ne renforcera pas Montbrison mais plutôt Roanne ou Saint-Etienne. Il faut maintenir une offre de soins de qualité et de proximité à Montbrison bien sûr, mais aussi à Feurs.

Elue présidente de la République, Marine s’engage à maintenir au maximum les hôpitaux de proximité et augmenter les effectifs de la fonction hospitalière.

Venue de David Rachline : Pas d’autocensure pour le FN sous la pression de groupuscules violents

Venue de David Rachline : Pas d’autocensure pour le FN sous la pression de groupuscules violents

Communiqué de Presse de Sophie ROBERT, secrétaire départementale FN Loire

Samedi 19 novembre, la Fédération départementale du Front National de la Loire accueille le Sénateur-Maire de Fréjus, David RACHLINEpour un déjeuner-débat précédé d’une visite de Saint-Etienne.

Des officines et groupuscules « antifas» (= comprendre par là quelques poignées de marginaux, agitateurs professionnels, vivant de minimas sociaux et de trafics divers) ont fait savoir qu’ils se rassembleraient devant le restaurant où se tiendra ce déjeuner pour en perturber le déroulement.

A l’issue de ces menaces, les autorités nous demandent de renoncer à la visite, pacifique et en comité privé, que nous souhaitions faire de notre ville de Saint-Etienne…
Il n’est PAS ADMISSIBLE que l’on nous demande ainsi d’annuler tout ou partied’une manifestation légale, organisée en présence et en l’honneur d’un parlementaire de la République, à l’initiative d’un mouvement, le Front National, représenté àl’Assemblée nationale, au Sénat, au Parlement européen, premier parti de France àl’issue des dernières élections européennes et régionales.

Intervenant après le triste spectacle de deux ou trois cents « antifas » bloquant dans une impunité coupable le centre-ville de Saint-Etienne lors de la provocation antipolicière baptisée « FAMAS’tival » du 22 octobre dernier, détruisant le matériel urbain, dégradant les façades de certains commerces, nous attendons du Préfet qu’il fasse respecterl’ordre et la loi dans les rues de nos villes.

Ce n’est pas à un mouvement politique légal, démocratique et représentatif des’autocensurer sous la pression de groupuscules violents.
Nous demandons solennellement à Monsieur le Préfet de la Loire de mettre enœuvre tous les moyens nécessaires et utiles pour permettre à un parlementaire de la République de déjeuner, de débattre et de circuler à Saint-Etienne dans des conditions normales de sécurité.

Faillite de la politique régionale dans la Loire

Faillite de la politique régionale dans la Loire

Communiqué de Sophie ROBERT, Charles PERROT, Gabriel de PEYRECAVE et Isabelle SURPLY, élus du groupe Front National au Conseil régional Auvergne–Rhône-Alpes

Le Front National s’était offusqué le 28 janvier dernier de la présentation et du vote par le Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, dans une urgence que RIEN ne justifiait, d’une aide de 1 100 000 € à la multinationale auvergnate Aubert & Duval. Avec un chiffre d’affaires de 780 767 000 € en 2014, nous estimions en effet que ce cadeau généreux, avec pour seule contrepartie non-contraignante la création de 15 emplois (80 000 € par emploi !), constituait un ticket un peu cher.

Or, nous apprenons par la presse que l’activité aciérie du site Aubert & Duval de Firminy va fermer. Le site appelou de l’entreprise emploie 230 personnes.
On mesure ainsi la parfaite incohérence des aides économiques décidées par M. WAUQUIEZ et sa majorité, au premier rang de laquelle on trouve le député de Firminy, M. CINIERI. Dans la même année, Aubert & Duval aura donc perçu une aide de plus d’un million d’€ pour créer 15 postes en Auvergne, tandis que 230 postes sont menacés, à la veille des fêtes, dans la Loire.

Non aux migrants dans la Loire, oui à leur expulsion de France !

Non aux migrants dans la Loire, oui à leur expulsion de France !

Communiqué de Presse de Sophie ROBERT, secrétaire départementale FN Loire

On nous annonce la dispersion de migrants illégaux de Calais à Boën-sur-Lignon, Saint-Thurin et St-Denis-de-Cabanne.

Nos communes sont sacrifiées sur l’autel du « vivre-ensemble dans l’insécurité »

Outre que ces migrants illégaux seront logés, nourris, blanchis, véhiculés pour leur démarches administratives, soignés (par l’intermédiaire de l’Aide Médicale d’Etat), par le contribuable, sans parler de l’allocation journalière de 11,35 € qu’ils percevront, les habitants de la plaine du Forez vont devoir payer toujours plus, et se confronter seuls à des problèmes économiques, sociaux, d’organisation et de sécurité dans les communes concernées par l’arrivée de migrants, de plus en plus nombreuses.

Sans compter le risque terroriste : comment être certain qu’il n’y a pas parmi les migrants dispersés un de ces soldats de l’Etat islamique prêt à passer à l’acte ?

D’ailleurs, le flux de migrants ne s’arrêtant jamais, y compris à Calais, il faudra en permanence de nouveaux plans de dispersion des migrants et rapidement la France sera complètement saturée. Les ligériens ne doivent pas continuellement s’adapter à une vague de migrants sans fin, il faut au contraire stopper définitivement cet afflux migratoire en retrouvant notamment la maîtrise de nos frontières nationales, en démantelant les bidon-villes migratoires pour procéder aux reconduites à la frontière des clandestins et en restreignant considérablement le régime de l’asile dans notre pays, n’en déplaise à l’UE.

Nous devons prendre en main notre destin et réagir contre les agissements de nos gouvernants qui par faiblesse, reculades et accommodements portent atteinte à l’unité et l’identité de nos campagnes. Le Front National seul contre tous, a été le premier à mettre en garde nos concitoyens du danger d’une immigration incontrôlée. Il sera également en première ligne pour défendre les intérêts des ligériens.

Alors non aux migrants dans la Loire et oui à leur expulsion de France.