Après trente ans d’engagement politique, d’abord auprès de Jean-Marie Le Pen, puis de sa fille, Sophie Robert est chargée par son parti de mener la charge sur la capitale de la Loire.

Pourquoi Saint-Étienne ?

Depuis 20 ans je me suis engagé à toutes les élections dans la Loire. J’aurais pu me présenter dans la plaine du Forez ou à Saint-Chamond. J’ai choisi Saint-Étienne parce que l’heure est à l’urgence. Marine Le Pen m’a confié cette mission parce que je suis une élue expérimentée. Il fallait une équipe de choc pour désendetter la ville, la sécuriser à nouveau. C’est une priorité pour le RN de redonner l’espoir, redonner la fierté à tous les Stéphanois.

Est-elle une parachutée ?

Parachuté c’est positif. Quand on envoie les troupes de parachutistes c’est là où les combats sont les plus forts. On envoie les troupes d’élite. De plus mes changements de vie professionnelle et personnelle m’amène à vivre et à être beaucoup à Saint-Étienne. Je sais les solutions pour que note ville aille mieux. 

Objectif second tour ?

Non j’y vais pour gagner. J’ai une équipe variée, une liste de gens pas forcément du RN, des Stéphanois fiers de l’être qui ont envie de redresser la ville. Je vais créer la surprise.