M. Perdriau, après les attentats du Bataclan dénonçait aussi bien le terrorisme “jambon beurre Beaujolais” que le terrorisme issu de l’islam. 

Attaque gratuite que les Français jugeront comme ils l’entendent, et certainement comme une insulte.

Après l’attaque de la préfecture de police de Paris, il n’a même pas daigné aborder le sujet qui a tué pourtant 263 personnes depuis 2012 (cf. chiffre du ministère de l’intérieur) et dénoncé l’islamisme.

Deux poids deux mesures.

Après l’attentat commis hier devant une mosquée de Bayonne, et que je dénonce avec la plus grande fermeté, M. Perdriau accuse le discours du Rassemblement National, sans vergogne, alors que les cadors de son parti, Nadine Morano, Christian Estrosi, Éric Ciotti, Laurent Wauquiez, Guillaume Peltier, Brice Hortefeux en tête, tiennent un discours parfois plus outrancier encore. 

M. Perdriau entend-il les dénoncer ? Non, parce qu’il est ici question de courage.

J’espère sincèrement que les victimes de Bayonne se rétabliront… ce que n’a même pas été capable de dire M. Perdriau dans son communiqué, trop occupé à taper sur le RN pour récupérer quelques voix qu’il n’aura pas.

Ainsi, M. Perdriau soigne plus que jamais sa boutique électorale communautaire. 

N’est-ce pas lui qui a promu les repas de substitution dans les cantines scolaires ? N’est-ce pas lui qui a inauguré plusieurs lieux de culte musulman ? N’est-ce pas lui qui a voté pour une somme dérisoire la vente d’un terrain à une entité turque pour la réalisation d’une mosquée ? N’est-ce pas lui qui prête des salles municipales pour la tenue de réunions communautaires ? N’est-ce pas lui qui met à disposition des musulmans à l’heure de l’Aïd des abattoirs rituels ? N’est-ce pas lui qui nie totalement la délinquance liée à l’immigration à Saint-Étienne, comme cet été où le centre-ville a purement et simplement été fermé lors des matchs de l’Algérie, ou comme hier lorsque des agents de la STAS ont été agressés, etc. 

Cela les Stéphanois le vivent au quotidien.

Et je ne parle pas des aides multiples aux associations complaisantes.

En 2017, une association coranique s’était rendue coupable d’étendre illégalement son local : n’est-ce pas lui qui a produit le plus rapidement possible un permis de construire pour régulariser la situation ?

Car il ne faut pas se tromper : au Rassemblement National, nous dénonçons tous les terrorismes. Nous les condamnons tous avec la même fermeté. Nous n’avons aucune complaisance avec personne, et l’homme qui s’est rendu coupable de l’attaque de la mosquée de Bayonne devra répondre de ses actes devant la justice, que nous souhaitons ferme. 

Toute société multiculturelle engendre, de fait, des sociétés multi-conflictuelles, c’est le cas à Bayonne ou à Saint-Étienne. Des discours si caricaturaux, méprisants et diffamatoires rabaissent la fonction de Maire et n’ont qu’un objectif purement électoraliste. Le message que je porte dans cette campagne est celui du rassemblement !